Vidéo Agrovif : Pourquoi la TPE Terre d’Embruns a choisi VIF4 ERP en SAAS ?

Biscuiterie Terre d’Embruns, spécialiste dans la pâte feuilletée tourée au sucre (15 salariés et 700 000 de CA) a fait le choix de VIF4 ERP.

Laurent JOLIVET, directeur général associé de Terre d’Embruns, revient sur le choix de VIF4 ERP.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE VOUS INFORMATISER ?

« Etant aujourd’hui sur une croissance importante, l’informatisation est essentielle pour préparer l’entreprise au changement et au développement vers lequel l’entreprise souhaite aller. Actuellement entre l’artisanat et l’industriel, la volonté est donc de préparer l’automatisation. Également, l’informatisation se voit être une étape importante de cette vision. »

POURQUOI AVOIR CHOISI VIF ?

« L’historique de l’entreprise, son portefeuille client et les services qu’elle propose comme la traçabilité, le pilotage ou la gestion des flux, incitent à intégrer l’expertise VIF. »

POURQUOI AVOIR CHOISI LE MODE SAAS ?

« La première raison est qu’il est intéressant de pouvoir sous-traiter le sujet de l’hébergement et les sujets techniques comme la sauvegarde et la compatibilité des réseaux. Un prestataire ayant une bonne expertise permet de trouver les solutions adaptées.
La deuxième raison de ce choix passe par l’évolution. Les technologies associées à l’ERP nous laissent penser que des accélérations auront lieu par la suite. C’est ainsi que le mode SAAS nous permet d’accompagner ces accélérations. »

COMMENT S’EST DÉROULÉ LE PROJET ?

« Le projet a démarré en février et était censé être livré en juin. Afin de mieux préparer l’intégration du logiciel dans l’atelier, la livraison a été reportée en octobre. Le déploiement du projet ainsi que l’intégration de cette nouvelle culture d’entreprise se sont fait progressivement. Le projet a débuté avec la gestion des flux d’achats de matières premières et d’emballages. Il s’est ensuite achevé par l’étiquetage, le conditionnement et la gestion du stock des produits finis. Aujourd’hui, cela nous permet de prendre la main sur le logiciel, de constituer une base de données, et d’intégrer l’informatique dans la culture d’entreprise jusque dans l’atelier. »

Retrouvez ici tous les articles concernant les interviews d’Agrovif 2016.

Marielle Emeriau

Chargée de Marketing et Communication